Service de nettoyage post-mortem lors d’un suicide

Contactez-nous en 1 clic 24h /24

Le suicide est la mort la plus cruelle et la plus inattendue qui puisse arriver. Après le suicide d’un proche, il n’est pas rare que l’on ressente une forte culpabilité, ou que l’on soit traumatisé. Ainsi, la découverte du corps d’un proche qui s’est suicidé est une expérience particulièrement difficile, à travers laquelle il faut se montrer fort et adopter les bons gestes. Mais quels sont-ils ? INDPM, entreprise de nettoyage post-mortem spécialisée dans les suicides, vous guide dans cette épreuve traumatique.

Adopter les bons gestes après le suicide d’un proche

Un suicide peut être plus ou moins spectaculaire. Beaucoup de personnes suicidaires optent pour l’ingestion de médicaments, mais d’autres décident de se pendre, ou bien de se trancher les veines. Dans tous les cas, un corps en décomposition présente un danger pour les vivants. En effet, les toxines présentes dans l’intestin du défunt polluent l’atmosphère de la pièce et sont porteuses de maladies. Par ailleurs, un cadavre va très rapidement attirer les insectes, les mouches à viande, les vers, et les rats… C’est morbide, mais il s’agit d’une réalité à laquelle vous devrez faire face si cela arrive à l’un de vos proches. Dans le cadre d’un décès suite à un suicide, vous pouvez faire 2 choses :

  1. Rendre le lieu hermétique : éteindre les chauffages, fermer fenêtres et portes, ce, afin de tenir les parasites susmentionnés éloignés du cadavre ;
  2. Prévenir la gendarmerie ou la police immédiatement après.

Ne touchez à rien d’autre que ce que nous avons évoqué à l’étape (1) : les policiers doivent étudier la scène afin de faire un rapport sur le suicide. En outre, on vous déconseille fortement de vous occuper vous-même du nettoyage post-mortem. D’abord, parce que les policiers doivent étudier la scène. Ensuite, nettoyer un suicide sans l’équipement adéquat peut représenter un danger d’infection aiguë pour vous et les proches qui vous aident.

Que faire une fois la police partie ?

On pourrait penser que les policiers et les pompiers se chargent de nettoyer la scène après un suicide, mais malheureusement… non. Il vous revient de vous occuper de cette partie. Cependant, après un tel choc, il est probable que vous n’en ayez pas du tout le courage. Par ailleurs, un nettoyage post-mortem présente de nombreux dangers sanitaires, et il est par exemple possible de se blesser. La dernière éventualité est d’autant plus probable, car vous êtes en état de choc, et donc pas tout à fait en possession de vos moyens.
Dès lors, il est tout naturel de faire appel à une société spécialisée dans le nettoyage après un suicide, comme INDPM. Nous nous occuperons du nettoyage du sang, ainsi que des surfaces : chambres, salon, cuisine… Nous saurons nettoyer et désinfecter l’ancien lieu de vie de votre proche en bonne et due forme, sans que vous ayez à faire quoi que ce soit.

La question du sang lors d’un suicide

Comme nous l’avons dit, certains suicides sont plus difficiles à nettoyer que d’autres. C’est surtout le cas des suicides sanglants (section d’artères…). Si le suicide s’est déroulé dans une baignoire, le danger est plutôt limité. Par contre, si une flaque de sang commence à s’étendre sur le sol, cela peut représenter un grand danger. Effectivement, le sang capture facilement de nombreuses maladies infectieuses, qui peuvent y vivre bien longtemps après le suicide : hépatite B, hépatite C, staphylocoques, fièvres hémoragiques virales, VIH, syphillis… Bref, des infections potentiellement très dangereuses pour votre santé.

C’est pourquoi il est impératif, lors du nettoyage après un suicide, d’être équipé avec des EPI de qualité. Chez INDPM, nos agents sont équipés de combinaisons, masques, gants latex, surchaussures, afin de nettoyer le suicide en toute sécurité.